A letter to Momo, de Hiroyuki Okiura


La 6e journée Manga-Tan s’est ouverte avec la projection en avant-première de A letter to Momo, un nouveau film d’animation produit par les studios I.G. et réalisé par Hiroyuki Okiura, connu pour avoir réalisé Jin-Roh et animé – entre autres – Akira, Ghost in the Shell, Paprika, Memories, Metropolis, Cowboy Bepop ou encore Kiki La petite Sorcière.


A la mort de son père, Momo quitte la ville pour s’installer, avec sa mère, sur une île lointaine. Perdue dans une nature omniprésente, elle ne cesse de penser à son père, à la dispute qu’ils ont eue avant sa mort et à cette étrange lettre inachevée qu’il lui a laissé…
A letter to Momo est un film d’animation très familial qui nous plonge dans un Japon traditionnel très proche de la nature… et de ses Yokais ! Il nous rappelle l’univers de Goro Miyazaki avec La Colline aux Coquelicots, ou encore de Ponyo sur la Falaise, avec un effet très réaliste au niveau des traits et des déplacements des personnages. Bourré d’humour et d’émotion très communicatifs, c’est un public conquis qui est ressorti de la salle ! Une merveille de l’animation qui nous fait passer deux heures délicieuses que nous ne voyons pas passer !

Publicités

Ra.One, de Anubhav Sinha

Comme tous les films indiens, on n’échappe pas aux chansons, danses, mimiques surjouées et humour en dessous de la ceinture, tradition oblige.

Mais Ra.One c’est avant tout un film de super héros, voire de super méchant.
Car, oui, pour faire plaisir à son fils, un créateur de jeux vidéo va concevoir un jeu où le méchant est presque invincible. Son enfant, assez doué, arrive au niveau 2 ce qui déplaît à Ra.One qui sort du jeux pour l’éliminer. Le créateur est tué en protégeant son enfant, G.One, le héros du jeu et sosie du père, parvient à sortir lui aussi dans le monde réel pour le sauver.
Entre Ra.One et G.one une lutte sans merci commence.

Humour, poursuites, combats et Kaméaméas font l’attrait de ce film, même si des longueurs font que l’on décroche parfois. Pour un publique voulant découvrir le cinéma bollywoodien c’est un bon début, pour ceux qui le connaisse déjà un bon divertissement..

Conférence De 2001, l’odyssée de l’espace à Prometheus…

Conférence De 2001, l’odyssée de l’espace à Prometheus… les origines de l’humanité dans le cinéma de science-fiction

Avec Marc Caro, Thomas Day, Roland Lehoucq et Gilles Ménégaldo
Animée par Daniel Tron

[youtube http://youtu.be/ppiBj9onm1A]

Metal Hurlant Chronicles, de Guillaume Lubrano


Cette série de science-fiction est adaptée d’histoires publiées dans le célèbre magazine Metal Hurlant. Les différents récits qui la composent sont indépendants les uns des autres, mais ils sont reliés par le passage d’une étrange météorite, le « métal hurlant ».
Les Utopiales nous proposent les épisodes un et trois de cette série.
La couronne du roi nous raconte la lutte de guerriers pour succéder au trône d’un tyran, chacun avec des objectifs différents. Oxygen s’attache à un huis-clos dans l’espace d’une navette de sauvetage à court d’oxygène.
Les récits, privilégiant le format court ou très court et les histoires à chute, ont un charme désuet qui rappelle les vieilles histoires de science-fiction de l’âge d’or. Techniquement bien réalisée et dotée d’une bonne distribution malgré des moyens limités, Metal Hurlant Chronicles est une série rythmée et pleine de punch, qui devrait satisfaire les amateurs de science-fiction.

 

Tony Sanchez

The Dinosaur Project, de Sid Bennett

Voici un film de Sid Bennett, il réalise avant tout des documentaires animaliers et met cette fois à profit son talent pour nous montrer la rencontre entre des cryptozoologistes et des vrais dinosaures.
Où quand Blair Witch rencontre Jurassic Parc….

Une expédition au Congo est menée pour rechercher une créature disparue depuis des milliers d’années. Camera à l’épaule, les divers explorateurs et leur guide sont-ils vraiment préparés à cette découverte ?
Attaque de ptérodactyles sur un hélicoptère, poursuite dans la jungle ou sur un fleuve font que l’on reste sur son siège. Mais que les Dinosaures sont les plus féroce prédateurs, cela resta à voir.
On suit ces cryptozoologistes à travers l’image de leur cameras embarquées, chacun, sûr de son savoir,
va connaître le doute, la peur et la mort pour certains.

Un bon divertissement à rebondissements.

Iron Sky, de Timo Vuorensola

En 2018 la présidente des États-Unis décide, pour se faire réélire, d’envoyer le 1er Black sur la Lune.
Malheureusement pour lui, il se fait capturer par des Nazis qui, depuis 1945, ont élu domicile sur sa face cachée.

Le réalisateur finlandais Tino Vuorensola, présent à la projection, nous disait que l’idée lui venait d’une soirée arrosée dans un sauna où des amis et lui-même cherchaient le scénario le plus surprenant possible.
L’une de ces idées fut « des Nazis sur la face cachée de la Lune ».
Après 5 ans et l’aide des internautes qui en partie financèrent le film, Iron Sky vu le jour.

Un film fun et déjanté, où des Nazis sur une base militaire à la technologie antique veulent reconquérir la Terre. Un mannequin noire astronaute et une jeune nazi n’ayant vécu que sur la Lune sous la propagande du Reich pour seul espoir de l’humanité et une présidente ne s’intéressant qu’à son pouvoir font les atouts de ce très bon film de série B.